otite chez l'enfant
Santé

Otite chez l’enfant : symptômes, prévention et guérison – Callye’s

Si votre enfant se plaint de douleurs à l’oreille ou pleure en se touchant l’oreille, il s’agit probablement d’une otite aiguë : généralement, ce n’est rien de grave, mais c’est très gênant. Si elle est négligée, elle peut entraîner de graves complications : voici ce que vous pouvez faire pour la prévenir et la traiter.

Le mal d’oreille est un symptôme très courant chez les enfants.

Pas étonnant : après le rhume, l’otite est la maladie infectieuse la plus fréquente chez l’enfant et l’une des plus redoutées par les parents. Dans la grande majorité des cas, elle se résout sans problèmes.

Dans de rares cas, cependant, elle peut entraîner des complications importantes, telles qu’une mastoïdite (infection d’un os, l’apophyse mastoïde, situé derrière l’oreille), une perforation du tympan et une diminution de l’audition. C’est pourquoi il est bon de savoir ce qu’il faut faire lorsque votre enfant se plaint d’avoir mal aux oreilles.

La douleur, premier signe de l’otite

Le mal d’oreille ne laisse aucune marge de manœuvre : la douleur provoquée par une otite est probablement la plus forte qu’un enfant normalement en bonne santé puisse ressentir. Ainsi, l’enfant concerné reconnaît immédiatement la douleur et se plaint clairement.

En revanche, si l’enfant est encore petit, il est particulièrement irritable, a du mal à dormir ou à manger, ou pleure de désespoir (souvent pendant la nuit). Et cela, en mettant la main sur son oreille ou en tirant sur le lobe de son oreille. Ce sont tous des symptômes susceptibles d’être une otite aiguë.

Qu’est-ce qu’une otite ?

L’otite est une infection de l’oreille qui survient souvent en même temps ou après un rhume ou une infection de la gorge. Elle peut être d’origine virale ou bactérienne.

Pourquoi est-elle si fréquente chez les enfants

Elle est très fréquente dans l’enfance pour des raisons liées aux caractéristiques anatomiques des enfants. En effet, chez les jeunes enfants, le canal qui relie la gorge et les fosses nasales à l’oreille est plus étroit et plus court que chez les adultes. Il est également plus horizontal. Ainsi, les bactéries ou les virus présents dans la gorge ou derrière le nez à cause d’un rhume peuvent plus facilement remonter jusqu’à l’oreille moyenne.

Une fois nichés dans l’oreille moyenne, les microbes produisent du pus qui remplit la cavité, stagne et appuie sur le tympan, provoquant de fortes douleurs.

Si l’infection de l’oreille est particulièrement grave ou si elle n’est pas traitée, cette pression peut entraîner une rupture de la membrane tympanique.

Facteurs de risques

Les enfants dont le système immunitaire est moins efficace (simplement parce qu’ils sont plus immatures) seront plus exposés à la maladie, surtout s’ils fréquentent l’école maternelle ou la crèche. L’alimentation artificielle semble également être un facteur de risque pour la maladie.

Comment diagnostiquer une otite ?


Seul le pédiatre peut diagnostiquer avec certitude une otite, car en plus des symptômes cliniques (comment va l’enfant), il est également nécessaire d’évaluer la présence de signes d’inflammation de l’oreille moyenne. Celui-ci peut voir le tympan à l’aide de l’otoscope, un instrument en forme d’entonnoir, équipé d’une lumière, qu’il introduit dans l’oreille de l’enfant. Si le tympan apparaît rouge et enflammé, voire perforé, cela signifie qu’il y a une otite.

Stratégies de prévention

Certaines stratégies peuvent être utiles pour la prévention des otites. En particulier :

  • Préférez l’allaitement maternel, exclusif pendant au moins trois mois ;
  • Éviter l’exposition à la fumée de cigarette (y compris le tabagisme passif). Si possible, la pollution environnementale. L’inhalation de substances toxiques aggrave l’irritation des muqueuses nasales, déjà attaquées par un rhume, et favorise la pénétration de virus et de bactéries dans l’oreille ;
  • Lavez-vous fréquemment les mains avec de l’eau et du savon. Surtout après être allé aux toilettes, avant de manger et lorsque vos mains sont particulièrement sales ;
  • Limitez l’utilisation de tétines, de biberons ;
  • La vaccination contre la grippe et le pneumocoque semble également avoir un certain effet pour prévenir au moins le premier épisode d’otite moyenne aiguë.

Que faut-il faire en cas d’otite ?

Les directives des professionnels de santé sur l’otite moyenne aiguë sont :

  • Si l’enfant a moins d’un an, si son état général est très compromis ou si du pus s’échappe, le médecin prescrit généralement un antibiotique immédiatement (l’amoxicilline) ;

Certains pédiatres suggèrent la stratégie dite “d’attente vigilante” : en pratique, on attend quelques jours pour voir comment la situation évolue. Ce n’est qu’après cette période que le pédiatre décide si des antibiotiques sont nécessaires ou non. En effet, tous les cas d’otite ne sont pas d’origine bactérienne. Elles peuvent également être causées par des virus, et l’antibiotique serait alors inutile. Évidemment, pendant cette période, l’enfant doit être surveillé de près pour s’assurer que les symptômes ne s’aggravent pas.

Bien sûr, même pendant la période d’attente vigilante, il est bon d’essayer de réduire la douleur du bébé. Un antidouleur est nécessaire : d’abord le paracétamol et, si cela ne fonctionne pas, l’ibuprofène.

Ne pas administrer des médicaments à un enfant sans un avis médical au préalable.

Antibiotiques : judicieusement et sans crainte

Dans le cas d’une otite, comme pour d’autres maladies infectieuses d’origine bactérienne, les antibiotiques doivent être utilisés judicieusement. Sans abus, car parfois, ils ne sont pas vraiment nécessaires, mais sans en avoir peur, car dans certaines circonstances, ils sont très importants pour stopper l’infection.

En revanche, il est toujours fortement déconseillé d’utiliser des thérapies dites complémentaires (comme l’homéopathie) pour traiter les otites et, en général, les maladies infectieuses aiguës.

Petits remèdes pour soulager la douleur

En plus des médicaments, certains remèdes « maison » peuvent soulager un enfant souffrant d’otite.

  • Des lavages nasaux fréquents avec une solution saline pour faciliter l’élimination du mucus ;
  • Mâcher un chewing-gum au xylitol (il est généralement présent dans les chewing-gums sans sucre) pour les enfants en âge de le faire, bien entendu ;
  • Faites dormir le bébé sur un oreiller haut de façon à ce que sa tête soit légèrement surélevée. Cela réduira la pression sur l’oreille moyenne.

Complications possibles de l’otite

Des complications peuvent survenir lorsque l’infection s’étend aux structures anatomiques entourant l’oreille moyenne.

Elles peuvent impliquer, par exemple :

  • Une perforation de la membrane tympanique ;
  • Une mastoïdite ;
  • Une paralysie temporaire du nerf facial ;
  • Une méningite ;
  • Une encéphalite.

Il faut dire que ces situations sont très rares, mais elles sont toujours possibles. Les conséquences peuvent alors être extrêmement graves. Il est alors important d’intervenir avec un traitement antibiotique approprié si l’infection ne passe pas d’elle-même en quelques jours.

Mais l’audition est-elle en danger ?

Au cours d’une otite, des troubles de l’audition peuvent survenir qui, heureusement, ne sont généralement que temporaires. Chez les enfants plus âgés, les signes de cette perturbation peuvent se traduire par le fait que :

  • L’enfant demande plus souvent que d’habitude « comment ? », « quoi ? » ;
  • Demande à ce que le volume de la télévision ou de la musique reste élevé.

Dans le cas des plus jeunes enfants, on peut constater qu’ils ne répondent pas aux sons ou qu’ils y répondent moins facilement.

Consulter un spécialiste

En général, ces perturbations sont transitoires et durent quelques semaines tout au plus. En revanche, si elles durent plus de deux mois, il sera nécessaire de faire examiner l’enfant par un spécialiste ORL.

La visite chez un spécialiste peut également s’avérer utile si les otites sont très fréquentes, car les troubles auditifs peuvent alors devenir quasi constants.

Si l’enfant passe plusieurs semaines de l’année sans vraiment comprendre ce que ses parents ou ses enseignants lui disent, cela peut poser un problème pour l’apprentissage.

Laisser un commentaire